Le régime méditerranéen réduit le risque de rhumatisme chez les hommes

Selon une étude cas-témoins suédoise, le régime méditerranéen réduit le risque de polyarthrite rhumatoïde (PR). Cependant, l’effet protecteur est limité aux hommes et aux personnes séropositives.

Les femmes ne bénéficient évidemment pas

Selon une étude cas-témoins suédoise, le régime méditerranéen réduit le risque de polyarthrite rhumatoïde (PR). Cependant, l’effet protecteur est limité aux hommes et aux personnes séropositives.

L’étiologie de la PR repose sur une interaction complexe de facteurs génétiques et environnementaux. Jusqu’à présent, cependant, seuls quelques facteurs de risque modifiables ont été identifiés, ce qui limite les possibilités de prévention primaire. Alors que le tabagisme augmente le risque de maladie, une consommation modérée d’alcool est associée à un risque réduit. La consommation de poisson (en particulier les espèces riches en acides gras polyinsaturés oméga-3 à longue chaîne) et l’activité physique auraient également un effet protecteur potentiel contre la PR.

Le régime alimentaire méditerranéen

Le régime méditerranéen est un régime essentiellement végétal avec une forte proportion de fruits, de légumes, de céréales complètes et de légumineuses, une proportion modérée de poisson, d’alcool et de viande blanche et une faible proportion de viande rouge et de sucre.

30-40% des besoins énergétiques quotidiens sont couverts par les graisses, avec un rapport élevé entre les acides gras monoinsaturés et saturés. Ce type de régime alimentaire est associé à un risque réduit de maladies cardiovasculaires et de cancer et à une mortalité globale plus faible. En raison de ses propriétés anti-inflammatoires présumées, le régime méditerranéen pourrait également réduire le risque de maladies inflammatoires telles que la PR. Jusqu’à présent, cependant, une association avec la PR n’a été étudiée que dans le cadre d’une sous-étude de la Nurses Health Study (NHS) menée aux États-Unis. Il existe également une étude cas-témoins « imbriquée » menée en Suède, mais ce n’était pas le principal critère d’évaluation. Dans aucune des deux études, une corrélation n’a été trouvée.

L’étude de l’EIRA

L’objectif de l’étude suédoise, qui vient d’être publiée, était d’étudier la relation entre le régime méditerranéen et le risque de PR, en tenant compte des sous-types de PR, du sexe et d’autres facteurs de risque. L’étude comprenait des participants à l’enquête épidémiologique suédoise sur la PR (EIRA), qui a débuté en 1996 en tant qu’étude cas-témoins basée sur la population et qui est toujours en cours. La mesure dans laquelle les participants avaient suivi un régime alimentaire approprié au cours des 12 mois précédant l’enquête sur le régime méditerranéen a été évaluée avec un score allant de 0 (= pas du tout) à 9 (= maximum possible). Une consommation modérée d’alcool (10 à 30 g par jour pour les hommes et 5 à 25 g par jour pour les femmes) a également été incluse dans les calculs avec un point.

Réduction de moitié du risque de PR chez les hommes

L’étude comprenait 1 721 patients atteints de PR (cas) et 3 667 témoins de l’étude de l’EIRA. Les participants ayant obtenu 6 à 9 points sur l’échelle ont été considérés comme très attachés au régime méditerranéen. Parmi les patients atteints de PR, cette proportion était plus faible avec 24,1 % que dans le groupe de contrôle avec 28,2 %. Par rapport aux patients dont l’observance est faible (0 à 2 points), une observance élevée (6 à 9 points) réduit significativement le risque de PR de 34 % (OR=0,66 ; 95 I 0,55-0,79). Après stratification selon le sexe, l’effet protecteur n’a toutefois été maintenu que chez les hommes – avec une réduction de moitié du risque de maladie (OR=0,49 ; 95 I 0,33-0,73 ; femmes : OR=0,94 ; 95 I 0,74-1,18). La stratification selon le sous-type de PR a révélé une corrélation inverse entre le score sur l’échelle diététique et le risque de développer la PR uniquement pour la PR séropositive.

Limites de l’étude 

L’une des limites de l’étude est que les habitudes alimentaires de l’année précédant le diagnostic de la PR sont basées sur les informations fournies par les patients. Selon les auteurs, de telles enquêtes basées sur la mémoire comportent essentiellement un risque de biais. De plus, les symptômes précoces de la PR qui sont apparus avant même le diagnostic peuvent avoir amené les patients à modifier leur alimentation. Cependant, selon les données d’une autre étude suédoise, les patients atteints de PR maintiennent largement leur régime alimentaire même après le diagnostic.

Conclusion

La présente étude montre une corrélation inverse entre le régime méditerranéen et le risque de développer une PR. Les différences entre les sexes qui ont été révélées ont également été observées dans les variables cardiométaboliques, ce qui suggère que les hommes pourraient bénéficier davantage d’un régime méditerranéen que les femmes. Des différences dans l’étiologie de la PR séropositive et séronégative sont également connues, à la fois en termes de facteurs génétiques et environnementaux.

Profitez de la nutrition
Aliments thermogènes pour un régime minceur